Quand c’est pas l’heure bha c’est pu[deur] et pas feministe !

Feminisme : le féminisme est un ensemble de mouvements et d’idées politiques, philosophiques et sociales, qui partagent un but commun : définir, établir et atteindre l’égalité politique, économique, culturelle, personnelle, sociale et juridique entre les femmes et les hommes. Le féminisme a donc pour objectif d’abolir, dans ces différents domaines, les inégalités homme-femme dont les femmes sont les principales victimes, et ainsi de promouvoir les droits des femmesdans la société civile et dans la vie privée. (Wikipedia)… Et jusqu’ici je suis d’accord…

L’art de mettre en valeur ses formes doit en aucun cas se priver de disposer de son corps comme on le souhaite en naturel, botox et silicone, nous femmes ne devons tomber ni dans la dictature d’un corps parfait ni dans celui d’un corps imparfait mais de cette enveloppe charnelle qui nous ressemble.

Le feminisme intégriste qui oblige l’acceptation d’un corps que nous ne sommes pas forcé d’aimer…

Entre l’apogée du duvet soyeux et touffu à qui nous devons, selon je ne sais quelle loi, laisser notre vulnérabilité et cette emprise du nu total et complet laissons aller nos envies entre ticket de métro et Amazonie tout en s’aimant.

Et si mes seins ne me plaisent pas et que j’ai 3000 balles à dépenser ? Deux poches en silicone d’environ 380 grammes chacune me redonne le sourire et l’assurance que je peine à construire et alors ?

Halte à cette exhibitionisme de la femme ! Redonnons de l’intimité à notre corps.

Ce que Femen n’a pas compris…

« Nous avons des mots et un cerveau, la paire de nibars c’est pour les cultures muettes. »

Il n’y a plus de modèles parfaits mais des femmes qui souhaitent être tout simplement belles avec ou sans artifice.

Le fondamentalidme rétrograde de certaines firmes nous poussent à adopter, voir à nous obliger d’ accepter les défauts de notre corps en faisant l’apogée de nos vergetures, de nos bourrelets disgracieux mais pourquoi ?

Une émergence de site qui me mettent mal à l’aise, moi qui m’attelle à être la plus belle devant l’homme.

Nous, femmes, ne sommes pas qu’une boule d’alcantara striée et exagèrement poilues, si notre souhait est d’être une étole de velour désireuses de dissimuler nos souvenirs dans notre peau gravés, alors c’est de cette liberté que nous devons nous rendre messagères.

L’art d’être bienveillant à l’égard des autres en respectant la diversité morphologique, physique, religieuse, politiques et cesser de vouloir parfaire un monde à sa manière.

Femmes au naturel, femme fatale, liposucée, ou assumée, nous sommes femmes assumée.

Maux d’amour d’une non feministe.