En passant..., fashion, Hardworkeuse

Anaïs Lemercier : la féminité sous toutes ces formes

Une femme Touchante et Ambitieuse, à seulement 23 ans Anaïs a su se former une personnalité et faire de ses complexes un joli combat, une rencontre en toute simplicité.

Anaïs Lemercier par
Floriane Billaud Photographe

Peux tu me raconter ton histoire ?

Je suis employée commerciale au sud de Nantes, et le regard des autres j’y suis confronté tous les jours, avec les humeurs des clients mais toujours avec le sourire.

C’est suite au décès de notre maman que j’ai perdu confiance en moi, je ne prenais plus soin de mon apparence mais dans cette douleur est né un déclic…

En 2016 je me lance un défi : celui de participer à Miss Curvy, concours visant à mettre en valeur les femmes rondes à travers les défilés, shooting, l’élection d’une Miss et Ambassadrice de la féminité avec des formes, à l’issus duquel je ne finirais pas sur le podium, mais me fera prendre de l’assurance, une expérience Formidable !

Commence alors une aventure humaine, Je deviens membre du bureau de l’association Miss Curvy afin d’accompagner les filles à assumer pleinement leur féminité et la conviction qu’elles sont belles !

C’est de cette façon que j’ai appris m’aimer, en participant à des défilés de lingerie, shooting, photos, et autres projets avec une amie à moi.

 En 2017 j’ai activement participé en co-organisant l’évènement au côté de la Présidente de l’association, entre la billetterie et l’aide des femmes dans les loges ainsi que les rassurer.

Puis en 2018 Je décide de me représenter de nouveau à ce concours en terminant sur le podium en tant que Première Dauphine Miss Curvy Pays de la Loire avec un véritable message et de beaux projets.

« Aujourd’hui j’assume qui je suis, confiante, épanouie et si je l’ai fait les autres peuvent le faire également »

Cette année je reprend le flambeau à Nantes et créent la relève de Miss Curvy avec une autre appellation qui reste à définir, et devient la nouvelle organisatrice de ce prestigieux évènement, qui concentre des phases de coaching, maquillage, coiffure… Plein de surprises en perspective.

En ce qui concerne l’évolution des mentalités, penses-tu qu’il y a un véritable changement ?

Maintenant dans les boutiques on peut trouver des tailles 46, chose qui était presque impossible il y a encore quelques années, la vente à domiciles  s’est développée dans le vêtement grande taille, actuel et chic et aussi des créateurs se sont spécialisés dans ce domaine.

Agenda : Le 5 mai les castings !

Un grand défilé aura lieu à Nantes avec un partenaire qui habillera pour l’occasion les candidates, les recrutements ont lieu en live sur la page facebook, Insta, street, et en toute spontanéité ! Un conseil : Lancez vous !

Critère : Age 18 ans minimum, taille 42 minimum

Tes projets ?

Ouvrir un magasin grandes tailles Hommes et femmes, motiver les personnes à prendre soin d’eux accepter qui ils sont.

Quel message tu as envie de faire passer aux femmes qui éprouvent des difficultés à s’aimer avec leurs formes ?

« Plus on se cache, plus les critiques fusent alors se mettre en valeur et avoir confiance en soi est la meilleure réponse, avoir des formes ou autres complexes, nous sommes toutes belles »

Page Facebook AnaÏs 1er dauphine Miss Curvy 2018

Instagram : Anaïs 1er Dauphine Miss Curvy

Propos recueillis par www.girlsworkeuses.com

Photos du slide : Olivier Pipala, Floriane Billaud photographe, Camille Photographie et Actuel Studio.

En passant..., life style

Pourquoi il faut aller chez le coiffeur [et pas que pour changer de style]

Pénétrez dans l’Antre du bien être capillaire n’est pas chose facile et cette décision ne doit pas s’associer forcément à une rupture, une nouvelle vie ou pire un conseil du psy [et là c’est le drame] mais d’abord pour assouvir ce plaisir pour soi, rendre hommage à l’être egotiste qui sommeille en nous.

Article number un :

On blâme les vieux clichés à savoir :

Il faut arriver chez le coiffeur avec le montant de sa taxe d’habitation, le pourcentage des impots, la photo de son chien bobby et la météo des 15 dernières journées.

Ensuite les dernières décisions qui ont bousculées votre vie comme acheter un Thermomix ou Si vous mettez les céréales avant le lait! C’est STOOP

[placement de produits gratuit c’est cadeau] bref on dit NO, no, and no

La crise d’Époileptique ou l’art de banir l’épi rebelle !

Mais trêve de plaisanterie aller chez le coiffeur c’est avant tout une leçon de bien-être et d’humanité en toute intimité avec la personne qui vous glisse lentement les doigts entre vos mèches jusqu’à atteindre l’extase d’un massage du cuir chevelu, où l’apparence physique et votre style ne dépend que ses doigts d’or. (R°1 DONC AVEC TON COIFFEUR TU SERAS TOUJOURS D’ACCORD)

Alors pourquoi on va chez le coiffeur ?

Parce qu’on aime bien cette espèce de nombrilisme pudiquement dissimulé dans notre quotidien et d’un coup au bac de lavage il devient complètement assumé se déballant à la vue de notre barbier de veuch, tout en nous shampouinant la tignasse, nous écoutant, nous répondant nous conseillant, bref un moment « Positif » et parfait, surtout sous notre propre regard contemplant notre magnifique reflet dans ce miroir qui n’a jamais été aussi parfait… [enfin faut bannir bigoudis et permanentes]

L’endroit où on démaquille le cheveux, on se soigne capillairement mais aussi moralement, que ce soit Mylene, Jacqueline ou Brian le coiffTif c’est un(e) ami(e) qui vous veut du bien.

Mais pourquoi cette sensation de renouveau dès que l’on passe la porte ?

Parce que, si changer de coupe de cheveux se résumait juste à trois coups de ciseaux et un coup de brosse ca serait tellement plus simple, mais tellement triste de ne pas refaire le monde avec cette nouvelle pe-cou et cette poussée d’intellect cérébrale ?

Nouvelle coiffure = nouveau point de vue = nouvelle attitude…

NON aller chez le coiffeur c’est bien plus que ça.
Alors s’il y a bien une chose que le digital ne remplacera pas demain, ce sera bien tous ces artisans qui travaillent à panser nos bobos tels des veilleurs de bienveillance à notre égard. Bref on love nos coiffeurs(es).

‼️➡️ The best it’s mine

Shade of hair

1 place du commandant Cousteau

44300 Nantes

Anne-Laure et Marina sont chaleureuses, à l’écoute et talentueuses.

Hardworkeuse, Uncategorized

MART in a good life!

Un témoignage bouleversant et viscéral, un hommage poignant à la vie en prônant le retour à la source et le rapprochement à la nature.

Un portrait de femme extraordinaire, vrai, une Girlsworkeuses quoi… (gw)

Je l’aime tant le temps qu’il reste

Cette phrase tirée d’une chanson de Serge Régiani a fait écho, telle une évidente révélation… j’ai brutalement pris conscience que mes jours étaient comptés !

Mais avant d’aller plus loin, permettez moi de vous raconter brièvement mon histoire.

Après mon burn-out et la cessation de mon activité de consultante web, j’avais pris la décision d’aller vivre au Maroc, mes antidépresseurs dans les bagages.

Deux ans après, quelques jours après mon cinquantième anniversaire, alors que je m’apprêtais à voyager en France, j’ai été prise d’un malaise qui laissa croire aux médecins de l’aéroport que j’étais en train de faire un AVC.

Immédiatement acheminé vers un hôpital Marocain, les urgentistes ont procédé à une IRM, le diagnostique fut sans appel, j’avais une maladie neurologique dégénérative dans la branche des Myélopathies Cervico-arthrosique, le neurologue m’expliqua rapidement qu’aucune intervention chirurgicale ne pouvait être envisagée puisque le processus de dégénérescence était bien avancé et qu’à terme je perdrais d’abords l’usage des membres supérieurs puis enfin les membres inférieurs.

Cette annonce m’avait littéralement anéantie, je ne pouvais m’imaginer totalement dépendante alors qu’au fond de moi une petite voix me disait que j’avais encore plein de choses à faire.

J’ai passé de longs mois à m’apitoyer sur mon sort, le temps nécessaire pour accepter l’inacceptable : vivre le temps qu’il reste avec cette maladie invalidante.

La Camberle – Tarn et Garonne

Revenue, pour ainsi dire, en catastrophe en France puisque rapatrié du Maroc j’ai vécu, durant de longs mois, dans une magnifique demeure du XVII ême siècle en milieu rural.

Je me suis alors reconnecté à la nature, cet environnement qui m’a toujours apporté réconfort et sérénité durant mon enfance.

Alors pourquoi ce site ?

De mon ancienne vie de Coach Web, j’ai gardé mon intérêt pour internet et comme me l’avait très justement conseillé Dominique mon confrère et ami du web mon expérience méritait d’être révélée.

A présent, sur la voie de la guérison (c’est une certitude) j’ai décidé de partager mes expériences afin de créer une activité lucrative.

J’ai dévorer son site, des astuces, des coups de cœur, des recettes, des points de vue et des traits de vie à éveiller notre conscience, à prendre la vie dans l’autre sens !

En tant que femme est-ce qu’il y a un sujet d’actualité qui t’a interpellée cette année ?

Je ne regarde plus la télé depuis des années mais s’il y a un sujet qui me touche énormément c’est l’excision et toutes mutilations faites au corps des femmes, j’espère qu’un jour les mentalités et les traditions changeront afin d’arrêter cette torture.

Je change radicalement de sujet pour une question beaucoup plus légères quelle est selon toi la tenue la plus décontractée que tu aimes porter ?

Officiellement je dirais que le pyjama en pilou est the best! Mais officieusement il est vrai que la tenue d’Ève c’est plus appréciable et légère !

 

Merci Martine pour ce beau témoignage en espérant conclure nos beaux échanges par une future et proche rencontre 😉 

A votre santé !

Site : http://lesecretdelanature.com

Instagram : @martine.s_thefrenchlifestyle