Pourquoi il faut aller chez le coiffeur [et pas que pour changer de style]

Pénétrez dans l’Antre du bien être capillaire n’est pas chose facile et cette décision ne doit pas s’associer forcément à une rupture, une nouvelle vie ou pire un conseil du psy [et là c’est le drame] mais d’abord pour assouvir ce plaisir pour soi, rendre hommage à l’être egotiste qui sommeille en nous.

Article number un :

On blâme les vieux clichés à savoir :

Il faut arriver chez le coiffeur avec le montant de sa taxe d’habitation, le pourcentage des impots, la photo de son chien bobby et la météo des 15 dernières journées.

Ensuite les dernières décisions qui ont bousculées votre vie comme acheter un Thermomix ou Si vous mettez les céréales avant le lait! C’est STOOP

[placement de produits gratuit c’est cadeau] bref on dit NO, no, and no

La crise d’Époileptique ou l’art de banir l’épi rebelle !

Mais trêve de plaisanterie aller chez le coiffeur c’est avant tout une leçon de bien-être et d’humanité en toute intimité avec la personne qui vous glisse lentement les doigts entre vos mèches jusqu’à atteindre l’extase d’un massage du cuir chevelu, où l’apparence physique et votre style ne dépend que ses doigts d’or. (R°1 DONC AVEC TON COIFFEUR TU SERAS TOUJOURS D’ACCORD)

Alors pourquoi on va chez le coiffeur ?

Parce qu’on aime bien cette espèce de nombrilisme pudiquement dissimulé dans notre quotidien et d’un coup au bac de lavage il devient complètement assumé se déballant à la vue de notre barbier de veuch, tout en nous shampouinant la tignasse, nous écoutant, nous répondant nous conseillant, bref un moment « Positif » et parfait, surtout sous notre propre regard contemplant notre magnifique reflet dans ce miroir qui n’a jamais été aussi parfait… [enfin faut bannir bigoudis et permanentes]

L’endroit où on démaquille le cheveux, on se soigne capillairement mais aussi moralement, que ce soit Mylene, Jacqueline ou Brian le coiffTif c’est un(e) ami(e) qui vous veut du bien.

Mais pourquoi cette sensation de renouveau dès que l’on passe la porte ?

Parce que, si changer de coupe de cheveux se résumait juste à trois coups de ciseaux et un coup de brosse ca serait tellement plus simple, mais tellement triste de ne pas refaire le monde avec cette nouvelle pe-cou et cette poussée d’intellect cérébrale ?

Nouvelle coiffure = nouveau point de vue = nouvelle attitude…

NON aller chez le coiffeur c’est bien plus que ça.
Alors s’il y a bien une chose que le digital ne remplacera pas demain, ce sera bien tous ces artisans qui travaillent à panser nos bobos tels des veilleurs de bienveillance à notre égard. Bref on love nos coiffeurs(es).

‼️➡️ The best it’s mine

Shade of hair

1 place du commandant Cousteau

44300 Nantes

Anne-Laure et Marina sont chaleureuses, à l’écoute et talentueuses.

La dame de cantine ! Portrait ordinaire de la dame en blanc

Les fonctionnaires territoriaux, souvent assimilés à des séances de pauses léthargiques interminables adeptes du 9h-17h sont parfois victimes de généralités non vérifiées.

Or, il est loin de ce cliché du costume blanc de l’AER, l’agent d’entretien et de restauration.

Déjà, lorsque vos progénitures sont endormies les poings fermés, nous sommes déjà en action…

A 6h du matin, blouses bleues, même pas cintrées, même pas jolies, nous excellons dans le nettoyage des Water Closets où vos douces fripouilles nous laissent le privilège inter-sellaire et coloriages urinaires.

La ville se reveille doucement, alors que nous terminons de briquer, couloirs et escaliers, la classe et son parquet, les faïences et le carrelage, la musique de la radio donne le rythme de notre dur métier tout en chassant quelques araignées.

Livres rangés, fenêtres ouvertes prêt à respirer, instituteurs et élèves font leur entrée, 9h il est temps pour nous de s’effacer.

Nettoyer, balayer, astiquer..

On s’appose alors sur les murs afin de se poser, fumer une clope, papoter, vapoter, prendre la pause et décupler notre sororité.

Trente minutes à faire le point, à savoir combien de petites têtes blondes viendront dévorer dans notre restaurant scolaire.

« CE MIDI ILS SERONT 279 »

Un pronostic qui ne tardera pas à être confirmé, une vérification de ce qui a été livré doit être effectué. R. A. S.

9h30 il est temps d’enfiler notre habit de lumière, qui fait notre style, charlotte sur le coté pas une mèche ne file et on recommence, désinfection, rinçage, dressage de couverts et préparation, autant dire que regarder les minutes qui passent est devenu une addiction.

Il est temps pour nous de nous restaurer, certes nous n’avons rien cuisiné mais le goût y est et c’est toujours ça de gagner.

A Peine le temps de terminer, nos petites maternelles s’assoient, comme des grands, pressés de goûter les mets qu’on leur a concocté (on ne leur dira pas que c’est moi qui l’a pas fait !!!!)

A savoir que 2 services de maternelles et 2 primaires viendront se succéder en canon, avec des bouquets d’intonations montant dans les aiguës imparfaits et inaudibles.

Bref, nos journées se finissent à 15h50, après avoir débarrassé, nettoyé , désinfecté , rincé tables, chaises et les pieds de celles ci et les dessous de celles là, la cuisine à brosser, faire briller…

Je voulais mettre un point d’honneur à rétablir la vérité, nous, mères, travailleuses, invisibles, 10 heures d’attention permanente, chaque jour la même besogne défaite et refaite et pourtant notre bonne humeur et nos sourires sont persistants.

Nous Girlsworkeuses sommes heureuses lorsque sonne la cloche de cette première journée, pour revêtir le costar de maman et ce, jusqu’à tard le soir.

Respect à vous Mesdames, dans le secteur public, en indé, ou dans privé, pouvoir concilier travail, famille, cheffe de famille aussi, assumer la charge mentale, prendre ses enfants dans les bras, la fatigue sur les épaules, mais toujours le même combat… Pour tout ça bravo.

Johanna Rolland, Maire de Nantes.

Quand l’Homme et la femme font la paire.

Girlsworkeuses a tenu à mettre en avant un portrait de celle qui, à mon sens, est une fervante defenseuse de l’égalité Homme – femme.

Une femme élégante et de caractère en phase avec les réelles difficultés que la gente féminine peine à exprimer au travers du quotidien, mais aussi dans le domaine professionnel par la mise en place d’actions concrètes et surtout d’écoute.

Un engagement fort contre les inégalités, en tant que femme, maire, mais aussi maman, Johanna Rolland est l’ambassadrice d’une ville qui affiche une volonté de lutter contre toutes les discriminations en arborant fièrement le label diversité depuis 2012.

Madame Le Maire, qui êtes vous ?

Parce que la vie ne se résume pas à la vie politique … Je suis née à Nantes en 1979, j’ai grandi à Vertou avec mes deux sœurs dont je suis l’aînée. Je suis mariée à Fabien, professeur des écoles. Nous avons deux enfants de 7 et 5 ans. Les moments en famille, avec mes proches sont précieux pour se ressourcer, pour le plaisir tout simplement. J’aime prendre le temps de lire, les balades à Nantes ou en bord de mer.

Mes engagements

Mon parcours est un parcours d’engagement. Dans le monde associatif d’abord, lorsqu’à 15 ans, j’entraîne une équipe de basket.

Les valeurs de cohésion d’équipe, de solidarité, de partage que je découvre au sein de cette aventure collective forgent mon adolescence.

Engagement et premières expériences militantes ensuite à l’IEP de Lille, où je poursuis mes études, après deux années en classe préparatoire hypokhâgne et un bac obtenu au Lycée des Bourdonnières.

Mon parcours étudiant s’achèvera par un DESS « Politique de la ville, développement local et démocratie participative » à Grenoble.

Désirant alors travailler en ONG. Je pars d’abord en Bosnie, au sein d’une organisation allemande qui s’occupe des enfants touchés par la guerre, puis en Afrique du Sud où je suis détachée par les services de l’ambassade pour monter des projets de coopération avec des ONG locales.

L’engagement, je l’ai aussi vécu aux côtés de Jean-Marc Ayrault comme attachée parlementaire.

En 2008, candidate sur la liste qu’il conduit, je suis élue et devient adjointe au Maire à l’éducation et à la jeunesse.

Je conserve ces délégations en 2012 lorsque je deviens Première adjointe au Maire, Patrick Rimbert, en étant chargée par ailleurs de la politique de la ville et des grands Projets urbains en tant que Vice-présidente de Nantes Métropole.

Je suis élue conseillère générale du canton Dervallières-Zola en 2011.

Fidèle à mon engagement contre le cumul des mandats, j’en démissionne en 2014, après mon élection en tant que Maire de Nantes et Présidente de Nantes Métropole.

Une exigence : faire vivre concrètement les valeurs sur le terrain

Ce parcours a gravé en moi les valeurs d’égalité, de solidarité. Le combat pour l’égalité est au cœur de mon engagement. Il puise ses racines dans mon histoire familiale et personnelle. Mon père était employé de banque, délégué syndical, engagé à gauche et anticlérical. Ma mère était institutrice et chrétienne. Nous parlions beaucoup politique à la maison. L’homme et le rapport aux autres étaient au centre de tout.

Pour moi, faire de la politique consiste à faire vivre des valeurs, des idées en actions quotidiennes. Parce que le doute sur la politique vient du sentiment qu’il y a un écart entre les mots et les actes, il est indispensable que les valeurs que l’on affirme se traduisent par des réalités concrètes dans le quotidien de chacun. C’est une exigence absolue, si nous voulons renouer le fil de la confiance.

C’est ce que j’appelle la République du pragmatisme, conjuguer les valeurs du réel : conjuguer utopie et et leur déclinaison concrète.

Je consacre mon énergie à faire avancer l’égalité sur le terrain, pour franchir les caps nécessaires vers l’égalité réelle.

L’intelligence collective rend plus fort et plus efficace

Cette conviction je l’ai forgée lors de ma première expérience professionnelle dans les quartiers populaires du Creusot.

J’ai mis en place des concertations citoyennes associant les habitants et les jeunes. J’ai aussi pu travailler avec des gens qui avaient des parcours très différents.

Aujourd’hui elle est un fil essentiel de mon action de Maire : rénover les pratiques et ouvrir davantage le monde politique : travailler avec la société civile, renouveler la pratique démocratique, donner la parole aux habitants, favoriser un renouvellement réel des responsables politiques sont quelques-uns de mes fondamentaux.

C’est en faisant le pari de l’intelligence collective et de l’expertise citoyenne que le projet est partagé largement et gagne en efficacité. Mon leitmotiv : une gouvernance plus collective, plus partagée et plus ouverte.

L’avenir de la France s’invente dans les territoires

J’en fait le constat tous les jours : la France fourmille de talents à encourager, d’énergies à libérer, de volontés à fédérer.

Je suis convaincue que les villes et les métropoles ont un rôle déterminant à jouer dans la dynamique de la France et des territoires. Je m’investis pour porter leur parole et les solutions qu’elles inventent. De novembre 2014 à novembre 2016, j’ai été Présidente d’Eurocities, réseau qui porte la voix des 130 métropoles européennes et vice-présidente de France Urbaine, qui regroupe les élus des métropoles et des grandes villes de France.

Avec le comité exécutif Eurocities, adoption d’une déclaration sur l’action climatique.
Je suis tout autant convaincue qu’elles doivent penser leur développement avec et au bénéfice des territoires péri-urbains et ruraux qui les entourent. C’est ce que j’appelle l’alliance des territoires. Une alliance qui respecte la diversité des territoires, qui en fait une force. Une alliance gagnant-gagnant pour les habitants.

Relever le défi d’un monde en transitions

Le monde change vite, très vite ; plus vite que nos organisations, que nos institutions. La transition numérique bouleverse les modes de vies, traverse l’économie et notre quotidien dans tous les domaines. La transition écologique est un défi essentiel à relever. Préserver les ressources de notre planète, sa biodiversité et lutter contre le réchauffement climatique sont autant de défis à relever pour l’avenir de nos enfants. Ces transitions, entre autres, créent des incertitudes, des inquiétudes. Mais, si nous savons anticiper, être mobiles, elles peuvent aussi devenir de formidables opportunités, et des leviers pour lutter contre les inégalités.

Atelier de travail lors du premier grand débat du mandat : Nantes, la Loire et nous.

C’est le sens de l’action que j’impulse à Nantes. Avec toujours la même conviction : c’est par la mobilisation collective de tous que nous relèverons ces défis. A l’aube d’une nouvelle époque, nous devons ouvrir de nouveaux horizons, inventer des réponses nouvelles.

En restant fidèle à l’essentiel, aux valeurs qui m’animent, j’inscris résolument mon action dans la construction d’un nouveau modèle de développement que j’appelle la social-écologie.

Voilà pour ce portrait issus du site de la ville de Nantes.

Avec ce petit mot du cabinet du Maire, à propos du blog :

« Je vous félicite pour votre initiative qui vise à mettre les parcours de femmes à l’honneur.
Pour progresser vers une égalité entre les femmes et les hommes, vers une égalité réelle, nous devons organiser des actions pour que chacune et chacun trouve sa place à Nantes, quels que soient son sexe, son origine, sa profession. Et cela passe notamment par la valorisation de parcours. »

Hard Workeuse

Sandra une femme spontanée, ambitieuse et qui, construit, étape par étape sa propre vie… une rencontre bouleversante, drôle une façon de prendre tout ce qui arrive avec philosophie !

« Ce que je considérais avant comme des échecs, aujourd’hui sont « leçons apprises »)

36003147_199116804130640_2054767957053014016_o

Portrait :

Hostilité : Nom, Prénom…

Alors moi c’est Sandra, 41 ans, maman solo de 4 garçons entre 3 et 20 ans ! BIM quatre garçons d’après moi tu es une maman qui déchire !

Peux tu me retracer ton parcours scolaire et pro en quelques lignes ?

Un parcours scolaire Classique toujours axé sur la communication par tous les moyens !

Il était une fois….un CAP Employée des Services Administratifs et Commerciaux, un BEP Communication Administrative et Secrétariat le BAC Action et Communication Commerciales et hop une 1ère année DEUG Langues Etrangères Appliquées.

Les vingt et une dernières années de ma vie à occuper des emplois dits « alimentaires » certains diront rien de très glorieux … [mais ne nous le cachons pas, nous le faisons toutes Be women oblige]

C’est vrai qu’entre équipière chez MC Do et Ouvrière maroquinière chez VUITTON en passant par Employée de boutique d’une aire d’autoroute de la Côte d’Azur et Secrétaire comptable dans un centre auto.. certains ne verront aucun rapport (moi si : la sellerie…bref je m’égare)

LA RÊVE- Élévation !

Depuis le 14 avril dernier LE D-DAY ? :

« Je deviens présentatrice ambassadrice Younique*! YES YOU CAN !

Pourquoi un « ! » après Présentatrice Younique ??? »

« Parce que j’ai toujours été plus ou moins un garçon manqué, le maquillage pour moi, il y a peu se résumait à un trait noir sous les yeux, un fard à paupières et du mascara…et pas tous les jours, hein…juste pour les grandes occasions, qui, on va pas se mentir, n’étaient pas nombreuses !!! Alors je suis pas tombée dans le maquillage par hasard non plus, une maladie orpheline qui occasionne des tâches sur mon visage m’a largement aidée ! »

Tes ambitions/objectifs ?

Être heureuse, dans le perso comme dans le pro, ça peut sembler « évident », mais ça ne l’est pas tant que ça en fait !

« par être heureuse, je veux dire, m’affranchir des « qu’en dira-t-on » et autres concepts négatifs empêchant une majorité d’entre nous de VIVRE leurs vies et ne plus la SUBIR… Je veux arrêter les boulots alimentaires et bosser dans un domaine qui me plaît et être mon boss, je veux arrêter d’acheter de la m**** dans les supermarchés et me fournir chez producteurs locaux (et pourquoi pas acheter ma maison en campagne et cultiver moi-même mes légumes !), bref, vous l’aurez compris « 

« RÉBELLION ! = bye bye soumission, hello action ! »

Bref, plein d’autres objectifs mais je suis restreinte niveau longueur de texte ! (moi : oui comprends.. en fait les gens ne liront qu’une page tu sais … 🙂 )

Tu me parles de tes passions ?

Elles sont si nombreuses que je vais tâcher de me limiter à trois :

  • La création art/déco/brico (dessin, fabrication de bijoux, rénovation de meubles anciens, fabrication de meubles en cartons…)
  • La lecture (développement personnel en particulier)
  • Les relations humaines…si, si, c’est une passion ! (rencontrer des personnes nouvelles, échanger, découvrir d’autres modes de vie, donner, recevoir…

Tes échecs, Tes réussites

Ce que je considérais avant comme des échecs (et que j’appelle aujourd’hui « leçons apprises ») sont nombreux également donc je vais essayer de les rassembler en une phrase :

  • Ne jamais être allée au bout de mes projets professionnels et personnels parce que j’ai beaucoup trop prêté attention aux avis extérieurs et que je n’avais pas assez confiance en moi pour les concrétiser .

Mes réussites ?

Je ne me suis encore jamais réellement penchée sur le sujet donc ça va être un scoop en direct presque live :

Même si ça fait cliché, je dirais en priorité : mes enfants ! d’une part parce que leur donner la vie, ça n’a pas été une mince affaire et d’autre part parce que je réalise aujourd’hui que c’est eux qui me font avancer… je veux dire, est-ce que je me serais autant battue, aurais-je pris autant de risques, aurais-je autant de projets, me serais-je autant remise en question et aurais-je compris la nécessité d’évoluer spirituellement si je n’avais pas été une maman ??? Franchement, la réponse est non à toutes ces questions… je me serais contenté d’une vie sans vagues, sans réels perspectives motivantes etc.

Les décisions qui ont changé ta vie

  • Bannir le mot « fatalité » de mon vocabulaire et de mes pensées !
  • Accepter la responsabilité de ce qu’à été et de ce qu’est ma vie !
  • Ne plus vouloir me contenter d’une vie moyenne !
  • Changer ma façon de faire et de voir les choses pour que ma vie change !

Je continue où vous avez compris l’idée ?!?

Tes faiblesses

Aucune ! [rires] Je dirais que ma principale faiblesse est l’utopie, trop croire en l’être humain…et pourtant ça ressemble aussi à ma plus grande force !

Ce qui pour toi caractérise le mieux la femme de 2018 ?

Sans aucun doute l’INDÉPENDANCE ! Que cette indépendance soit financière ou sentimentale, je pense que la femme de 2018 (en France, du moins) sait montrer qu’elle peut s’assumer et assumer sa famille, elle est forte, elle est ambitieuse et surtout, elle est CAPABLE de faire de grandes choses !

Le sujet d’actualité qui t’a le plus marqué au niveau vie sociale, condition des femmes cette année ?

Il y a beaucoup de sujets qui m’ont interpellés, choqués, ravis, attristés… n’en choisir qu’un seul est difficile… Penser que dans le monde la femme n’a pas les mêmes droits selon les pays, qu’elle ne peut pas forcément disposer de son corps et de ses idées…c’est affligeant. A un endroit du globe idolâtrée et à un autre endroit rabaissée au niveau le plus bas…

Le look parfait pour toi pour ne rien faire et pour aller travailler

Aucun en particulier !!! [rires] Je veux dire par là que je peux rester à ne rien faire tout en étant maquillée et habillée class avec des chaussures à talons etc. et aller bosser pas maquillée en jean baskets ! Pour moi l’important c’est de me sentir bien donc mes tenues sont ajustées avec mon humeur… rébellion, quand tu nous tient !!!

Instant pub !

J’adore mon activité de Présentatrice chez Younique ! Je ne connaissais pas grand-chose au maquillage et je découvre le plaisir de me maquiller… J’ai retrouvé plus de confiance en moi sans pour autant ressembler à un pot de peinture ! Je suis fière de représenter cette marque de produits cosmétiques de qualité avec de vraies valeurs (qui ne sont pas seulement publicitaires !) et qui est engagée dans la lutte contre les abus sexuels envers les femmes victimes d’abus sexuels dans leur enfance ou au cours de leur adolescence en les accueillant dans leur refuge et en leur apportant un peu d’espoir (The Younique Foundation).

Je serais ravie de vous accueillir dans mon équipe ou bien de vous conseiller en matière de maquillage afin de vous aider à retrouver confiance en vous !

Une expression qui te représente ou définie le mieux ce que tu vis ?

 » L’avenir appartient à ceux qui rêvent trop? » sous réserve que ce soit une expression ?

Si tu devais dîner avec un héro de dessin animé ?

SHREK ! Grognon et Solitaire, Terrifiant et attachant, à la fois d’apparence résignée mais ouvert…

The End

Un portrait engagé et motivant, une personne touchante ! Merci Sandra !

TOUS LES LIENS :

Découvrir les produits (non testés sur les animaux rappelons le ! ) YOUNIQUE

La page facebook : Younique by Sandra Caniquit