Barcelone par ci Barcelone Barça….

Quand une escapade sur un coup de tête en Espagne et plus précisément à Barcelone tourne à un festival de bonnes surprises…

La Catalogne nous a fait un accueil des plus chaleureux, par les habitants polis, patients et ses différentes personnalités, tantôt chaleureuse et piquante tantôt douce et mélancolique.

Réservé sur Booking.com durant le trajet, le Catalonia Barcelona plaza⭐⭐⭐⭐ à su nous ravir par son hall spacieux, parfumé, son salon chesterfield d’un coté, deux endroits où se restaurer de l’autre, petit déjeuner à volonté pour 20€ ou à la pièce (compter 7€ pour un jus d’orange, un croissant et une boisson chaude) dans un decor soigné, minimaliste et cocooning.

(le – : 22€ / jour le parking)

Je vous laisse voyager ici hotel Catalonia Barcelona

Les chambres spacieuses, lit XXL, douche italienne, serviettes de belle qualité, shampooing, gel douche, brosse à dents, dentifrice, rasoir et gel, peigne, lotion hydratante, peignoir, chaussons…

Un nécessaire de toilette digne d’un grand palace et un personnel très bienveillant, attentionné et professionnel.

Sur le palier un buffet gratuit d’accueil, bonbons, eau detox, jus d’orange maison, café…

Bref vous l’aurez compris les vacances commencent…

Alors direction la piscine sur le rooftop et là une vue exceptionnelle sur la place di Espanya.

Les lits, serviettes et transats sont à disposition gratuitement , avec un bar et même un restaurant sur la terrasse.

Un set DJ est même proposé le dimanche… 🎶🎵

Situé sur une place dynamique, animée, face au muséum Ethnique et culturel de Montjuic, gardé par les spectacles des cascades luminescentes quand le soir couvre Barcelone, l’hotel offre une vue magnifique sur l’effervescence Catalane.

A deux pas du centre commercial Arenas de Barcelona sur quatre étages , où vous trouverez toutes les boutiques notamment coiffeur, prêt à porter, parfumerie et forcement celle officielle de l’équipe de football du Barça.

Pour monter sur le toit des arènes et admirer le panorama il vous en coûtera 1€ Ascension en toute transparence (attention le vertige) et ainsi découvrir une multitude de restaurants multiculturels le tout avec une vue 360°.

les loisirs hormis la piscine de l’hotel.

On attaque les choses sérieuses.

Nous on a opté pour Corsà Nautica, une base située sur la Marina, (et vous avez l’embarras du choix) proposant du jet ski, parachute ascensionel, banane, bouées tractées…

Nous on a tenté le jet ski et été pris en charge rapidement, cependant pour le parachute on a eu une attente d’ au moins 2h 😖… Mais les sensations en valaient le coup, refaire le monde à 300 mètres au dessus de la mer.. Ca n’a pas de prix.. Quoi que… Si… Un ptit budget.

Les lieux où manger, bon nous on a mangé Turc dans un restaurant chic arabe…(magnifique) Au restaurant Alladin, chicha, thé à la menthe et un autre libanais Le Beyrouth sur la remblàs (euh… Si tu aimes les produits frais et une cuisine au top de la propreté passes ton chemin baby)

By night les cascades devant le muséum :

En 3 jours ce séjour improvisé a été de loin un moment de se retrouver en famille, de parler espagnol (mdr) on a plus baragouiner Anglais mais bon.

N’hesitez pas à prendre le taxi ! Rapide, peu couteux il y en a pas mal.

Voici d’autres photos sans prétention de notre épopée !

AUTO PORTRAIT MOBILE

Tout d’abord merci à vous, à nous, à elles…

Être une femme aujourd’hui est un nouveau combat, non pas contre les hommes, mais pour ne pas diviser et surtout ne pas amener tous les maux de notre société à cette différence de genre.

Ce blog est destiné à offrir une place, si petite soit elle, pour toutes les be women de la vie quotidienne, artistes inspirantes, entrepreneures surpreNantes, créatrices, pour animer des passions, des idées : une sorte de blogivation (un blog de motivation) pour nous toutes !

IMG_20181225_141653.jpg

Le MOI JEU :

Vanessa, et trente huit années bien remplies autant en bonheur qu’en difficultés contournées, surmontées ou négociées, alors ne parlons pas d’impossibilité.

« Car dans la vie rien n’est impossible n’est ce pas ? Mais avec 100 000 balles c’est moins impossible. »

Niveau taff ?

Je suis ce qu’on appelle ou pas une dilettante professionnelle à tendance stable, mais peux vite basculer dans l’hyper activité…mais heureusement stabilisée par mes racines antillaises (stop le cliché).

Après avoir connu l’entretien de bâtiments industriels et le milieu d’hôtesses et commerciale dans l’automobile, on peut dire que le machisme et le sexisme sont un peu des mentions particulières dans ma Rat Race, mais c’est sans compter sur mes talentsd’ acrobate du harcèlement textuel, du répondant un peu cinglant et agrémenté d’une assez grande gueule (racine Chti maman on dit Mercy !) ce qui m’a valu d’avoir ma place, non pas d’homme parmi les hommes, mais, d’une nana respectée, efficace et qui faisait son job correctement.

A ce jour je suis fonctionnaire de la Ville de Nantes … (et j’en suis fière ! )

J’entends déjà les clichés … oui j’ai trouvé la bonne place, oui j’ai toutes ou presque mes vacances scolaires, oui je finis à 16H… :p

Explications ! (le mystère du fonctionnaire enfin dévoilé)

Alors je me lève à 4h30 du lundi au vendredi, mes journées de 10H (pas le mercredi ^^ je fais 3H) me permettent en effet d’avoir les vacances scolaires (pas entières tout le temps).

Et si un jour on m’avait dit que je travaillerais avec les enfants … AHAHAHA !

Mais non en fait !

Quelle belle découverte de refaire le monde avec êtres innocents qui mettent des licornes et Peppa Pig dans le monde futur et si c’était la solution zootopique ?

Mes délires ?

Ma fluidité d’esprit et mon cœur d’artichaut me porte préjudice, sensible à presque toutes les causes, et particulièrement celle des animaux. Je suis marraine d’un veau. Oui je sais il y a des chiens, des chats et des des veaux…

MaMan ?

Veuve à vingt cinq ans m’a aidé à trouver qui je suis et je ce que devais être, avec des enfants de deux et quatre ans, il a fallu que je m’y atèle rapidement, je suis fière d’être une mum’s qui écoute JUL, LACRIM, NIRO…, mais aussi de faire connaître les « anciens du secteur A » à mes enfants et Edith Piaf, Stéphanie de monaco et Bézu… (passion spéciale !) …

Ne me parlez pas de burn out je ne connais pas, baby blues ou débordement parental… bha non non je suis une super Coca- heroïne (et je ne prends rien juste du coca)

NON nous ne sommes pas fragiles car nous sommes des femmes, mais la difficulté à endosser un rôle de mère, de père, de confidente, amie, gérer le boulot, les rendez vous, les soucis du quotidien et bien parfois tu pètes un câble !

(la dépression c’est le mot des gens modérés, moi je vais plus loin, chuis une folle dans ma tête !)

Tu sais ce moment ou tu as envie de frapper très fort tes enfants (la colère) avec un nuage en plume (la raison) bha ca c’est du burn out parental !

Par contre quand tu as envie de tuer ton boss avec une pelle (colère) et lui faire manger ses dossiers post mortem (encore très colère) c’est le burn out professionnel, par contre si tu le fais c’est un homicide volontaire avec circonstance aggravante : C’EST MAL !

(conseil : faire manger les dossiers avant)

A P.Art ça ?

Artiste dans l’âme, j’aime peindre, je prends tout ou presque en photo… C’est exaspérant (je me trouve insupportable) HUAWEI 20 PRO pour les pics. (Placement de produit gratos)

Adepte du néologisme je musicalise ainsi ma vie …( va chercher bonheur dans le dictionnaire ^^ joke !

ACTU ?

l’actualité aujourd’hui est compliquée, nous essayons de rendre des sujets banaux en les traitant parfois de façon à capter le voyeurisme, résultat: des flux d’informations diffusées en abondances sur les médias et réseaux sociaux sans réellement de limites dans le traitement du sujet parfois ériger par l’émotion plutôt que la réflexion. (on reprend sa respiration)

(le) Moral de notre histoire :

Nous les femmes, hétéro, lesbiens, transgenres, intersexuelles… Nous devons et avons non pas, à nous battre, ou à combattre, mais synchroniser notre quotidien afin de l’accorder au mieux à l’égalité et à l’équité homme – femme .

En aucun cas, un geste déplacé nous devons l’accepter, une réflexion osée nous devons acquiescer, la discrimination nous devons nous soumettre, si quelque chose nous dérange ou crée en nous un malaise, un mal être la solution c’est d’en parler.

Je ne me définis pas comme féministe, car plus de chose divisent que nous rapproche dans leur discours et paradoxalement je trouve que le combat qu’elles mènent est différent de mes idées sur, non pas la place dominante de la femme dans la société, mais bien sur sa valeur qui lui donnera la place de princesse qu’elle mérite au coté de son prince. (Trop romantique).

Voilà portrait vite fait d’une femme pas heureuse mais en tout cas qui s’essaye à la bonheuritude !